Hey you!

Whisper Secret Mystery Stealth Couple In L

Never too close

but never away

My heart yearns for you

Your presence

Your smile

Yours words

And at the same time

My head forces me

to stay in reality

to be cautious

to analyse

Your absence

Your smile

Your words

Who are you?

I don’t have a clue

I like to dream

We were soulmates

In another life

and far away

I love you

I think

and

I love

loving you

but above all

I love feeling

In love

and so

Alive.

Advertisements

LE DOUBLE JE(U)

Trois… parce que c’est un chiffre magique et parce qu’aussi, pensa-t-elle en souriant, on dit 1-2-3 partez! Oui c’était décidé, elle allait attendre son troisième faux pas.

Le premier avait été une faute d’étourderie, vraiment, une erreur de débutant. Il était sorti en disant qu’il ferait des petites courses et qu’ensuite il passerait au Macdo. Elle s’était réjouie: pas de cuisine et pas de vaisselle.

Le supermarché était à 5 minutes en voiture. Il avait mis 2h20. Il était revenu avec un sourire aux lèvres et sans le macdo. Trop de monde au supermarché, c’est pourquoi il avait laissé tomber en arrivant à la caisse et en voyant la longueur de la file. Et pour le macdo, il s’était arrêté pour manger à l’intérieur. Lui avait-elle dit de lui apporter quelque chose? Il n’avait pas entendu.

Quelques semaines plus tard, elle avait senti son parfum à elle sur son corps à lui. Elle s’était rapprochée dans le lit pour sentir sa chaleur et son odeur rassurantes. Elle avait été troublée par ce parfum, comme si elle s’était retrouvée au lit avec un inconnu. D’ailleurs, elle avait cherché à regarder ce visage, et c’était comme si elle le découvrait pour la première fois. Lui, avait brièvement ouvert les yeux, et lui avait dit qu’il était fatigué, trop fatigué.

Elle n’avait rien dit, rien laissé paraître. Elle s’était mise à l’observer, beaucoup. Quand il rentrait le soir, elle cherchait sur son visage des signes de joie, de troubles ou d’une quelconque autre émotion. Quand il travaillait sur son bureau, elle attendait en le regardant de voir s’il avait des moments de reverie où il pensait à l’autre.

Ils continuaient à faire l’amour. Une ou deux fois par semaine. Elle ne pouvait le nier: ils s’entendaient à merveille sur le plan sexuel. Il devançait et devinait ses envies et elle savait comment le rendre fou de désir.

Mais alors pourquoi avait-il une aventure avec l’autre? Qu’avait-elle de plus? Elle comptait bien obtenir des réponses à ces questions.

Et elle savait maintenant que ce moment n’allait pas tarder. Il avait bien pris ses précautions cette fois. Il avait vite répondu au teléphone et avait rapidement refermé la porte pour ne pas être entendu. Elle ne l’avait ni entendu s’énerver ni lui demander de ne plus rappeler, mais elle avait clairement vu le nom “Patrick” s’afficher sur l’écran du portable et elle en était sûre, la voix qu’elle avait entendue à peine une ou deux secondes, avant que la porte ne lui claque au nez, n’appartenait pas à un Patrick.

1, 2, 3 Partez!

AVEC TOI

Avec toi je vibre, j’ai peur

De bonheur, de douleur

J’exalte de joie

Et je m’effondre, je pleure

J’ai abandonné l’idée folle de te contrôler

Avec le temps j’ai compris

J’essaye de t’apaiser

En te touchant,

Des caresses, des étreintes

Et doucement

Tu reviens

Tu me chuchotes

Tes doutes, tes craintes

Est on assez fort?

Et à l’avenir

Saura-t on faire face?

De calme, de chants

De mots rassurants

Tu en as besoin

Et petit à petit

Tu laisses ces peurs se dissiper.

Regarde le passé et vois

Comme tu as été fort

Comme tu m’as aidé et soutenu

Tu as pansé avec moi

Nos blessures

En croyant qu’elles étaient si profondes

Que jamais on ne se releverait

Et souviens-toi

Des sensations fortes

Des amours-passions

Et des matins-tendresse

Faut-il que je te rappelle aussi

Que tu as porté, nourri et bercé

Ce petit être bien au chaud?

Peut-être est-ce ma faute

Peut-être que je ne te dis pas assez souvent

Que tu es beau et fort

Je te suis reconnaissante d’être comme tu es

Laisse moi te sussurer ces mots

Encore et encore

Merci mon corps

THE GREY LINE

“Hey, do you realise what you’re doing? … No, you listen first… You’re calling me on my mobile phone, you’re f… crazy? You want her to know? Is that what you want? Tell me.. You want a chat with her? He was angrily trying to keep his voice down and to breathe steadily.

At the other end, the soft voice was apologizing and sounded genuinely sorry. As a result, his anger was subsiding.

It’s ok now…. no, she’s gone… yes I’m sure, I closed the bathroom door on her and just now I heard her slam the entrance door shut…She’s out.

You need to understand, you can’t do that! She’s not feeling good at the moment, a bit depressed, I don’t know… Thinking too much like all of you women! I know I miss you too. Of course, I think of you… But now, I need to hurry, finish shaving and check on her. Make sure she didn’t hear the phone and your voice.. Just promise me you won’t phone again, you wait till I phone you, right? … Now, that’s my girl!

He hang up and quickly finished shaving. He wiped his face on his towel and after a quick look at his face in the mirror, realised how bad his shaving line looked. He mumbled out loud ” where is she?”

He grabbed his phone and called her. One ringing tone, two …, three…Ah I’m happy you’re answering it’s me…

He grinned with relief to his reflection on the mirror as he was talking to her.

” She didn’t hear anything” he knew it.

THE RED LINE

She remembered how it all started, his words: not now, please I’m busy … can’t you see? Really sorry but I can’t talk now, we’ll talk later. Ok? And the door, closing on her. She remained there, still.

She couldn’t speak, or think.

She looked at the door and suddenly she walked to the sofa, grabbed her handbag and went straight to the door and out.

In her car, her right hand started the engine while she was holding firmly her bag. She could hear the strong vibrations of the car along with the loud pounding of her heart.

Let’s do it! She had made up her mind.

Her hands searched her bag. Then she took out her lipstick, the red one and her lipliner. She lowered the driver’s mirror and finely started to outline her lips. She didn’t need much makeup, the lipstick would be the finishing touch. A swift final look at her eyes… No going back, now, she thought.

Her fingers tapped the message: café in front of the park 30 mins. She sent it.

Her phone vibrated straight after that. On her screen, a picture of her husband holding her tight when she was giggling.

” Are you in the car? Sorry about earlier, had to finish shaving. I know you want to talk and we’ll talk. I booked that restaurant you like by the lake. Are you ready to go?”

“Errr….Now?”

“Yeah if you’re ready, you just need your bag, you can put your makeup en route.”

She hesitated.

“Ok.”

“I’ll be one minute.”

She hang up. Her heart started to race harder in her chest. She typed “Forget me, we’ll be fine”, quickly, maybe too quickly as she sent the message to her husband.

Photo credit: Pixabay.com

My Younger Self

Brave little girl

Fighting against her tears

Feeling in her stomach

The pain and the injustice

Clenching her fists

And biting her lips to keep

It all inside.

You can let go now

Let it out

Blow it out

So you can breathe in

And feel inside your body

Some AIR

some OXYGEN

some LIFE

Look at me

Look at me

I’m different

I’m lame

Not as beautiful as the others

Not so ugly

Just injured

My sorrow left a trace on my face

It won’t go

It’s a shame

No

It’s my strength

It’s my story

It’s the reason why

You

Stop and

Look at me.

I wrote these lines for Sammi Cox’s Weekend Writing Prompt #22: Secret Doorway.

I chose the photo prompt. (Poetry Challenge – Write a poem of no more than 20 lines where the first and last lines are the same, taking your inspiration from the photo.)